Accueil » Dormir dans les arbres, l’hébergement insolite ultime

Dormir dans les arbres, l’hébergement insolite ultime

De nos jours, dans un secteur compétitif comme le tourisme, il faut innover pour se démarquer de la concurrence. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne le secteur de l’hébergement et de l’hôtellerie, qui connaît des mutations certaines. En effet, les voyageurs sont à la recherche d’expériences nouvelles, qui les fassent sortir de leur quotidien et de l’ordinaire de leurs vies. Voilà pourquoi les offres d’hébergements insolites, qui se sont multipliées partout en France depuis plusieurs années, marchent si bien. Passer une nuit dans une hutte entourée de loups, dormir dans une yourte ou encore dans une cabane, ce sont désormais des séjours très prisés.

La cabane dans les arbres, symbole du logement insolite

Plus que tout autre type d’hébergement insolite, la cabane dans les arbres incarne une façon de dormir qui sort réellement de l’ordinaire. À titre d’illustration, dans le Nord-Ouest de la France se trouve le premier parc de cabanes dans les arbres du pays. Avec 26 cabanes perchées à des hauteurs de 4, 10 ou 20 mètres, réparties dans un écrin de verdure de 200 hectares, il y a là de quoi être totalement dépaysé, et passer une nuit résolument pas comme les autres. Sans eau courante ni électricité, avec des toilettes sèches, il faudra se débrouiller comme autrefois !

Des hébergements qui font appel à notre imaginaire

Comment peut-on expliquer les raisons du succès croissant des hébergements insolites ? Il y a très probablement une explication qui tient à notre imaginaire, qui se trouve stimulé par ces maisons sorties d’un autre univers. Par exemple, la yourte nous renverra aux vastes steppes mongoles, à des milliers de kilomètres de la France. De même, la cabane en hauteur évoque un style de vie préhistorique, dans le cadre d’un environnement de forêt qui était autrefois hostile aux hommes. Ce qui est certain, c’est qu’autant les grands que les petits apprécieront ce type de séjours uniques.